Vos besoins klé

Gérer le stress

  Votre programme en 7 jours

JOUR 1

Organisez-vous et instituez une routine

Pour bien confiner, il est recommandé d’instaurer une routine dès les premiers jours. Horaires de télétravail, pause déjeuner, parenthèse sport, ces nouvelles habitudes, ce nouveau train-train vont permettre de « poser un cadre » et d’offrir une sensation de contrôle. La routine « rassure », soulignent les psychologues, elle permet de garder le cap dans un climat anxiogène. Bien entendu, rien n’empêche de « l’affiner » de semaine en semaine, surtout lorsque l’on vit en couple, en famille, en colocation. Mais établir une discipline et définir avec calme les besoins et les envies de chacun permet de cohabiter sans stress.

JOUR 2

Ouvrez vos chakras et découvrez la psychologie positive

Et si vous preniez le temps (maintenant que vous en avez un peu plus !) pour vous intéresser à la psychologie positive. Son objectif est de contribuer à l’épanouissement personnel. Développée depuis les années 80, elle permet de mieux comprendre comment renforcer son aptitude à la bonne humeur. Ainsi, voyez-vous la vie sous un angle nouveau depuis le confinement ? Vous sentez-vous angoissé, stressé ou rassuré quant à vos capacités de rebond ? Méditez un instant sur le sens que vous voulez donner à votre quotidien, et à votre vie, et sachez qu’à ce jour, de nombreuses études prouvent qu’il est possible d’augmenter durablement son niveau de bonheur grâce au développement de certaines compétences et la pratique d’exercices. Encourageant, non ?

JOUR 3

Créez des émotions positives

Écouter le chant des oiseaux avant de se lever maintenant que le bruit des klaxons a disparu… Savourer un morceau de musique entre deux coups de fil professionnels… Des petites choses toutes simples mais si agréables… Et si vous tentiez de multiplier ces petits bonbons de douceur au cours de la journée ? S’autoriser chaque jour au moins une activité plaisante, et la répéter, permet de s’épanouir. Et repenser chaque soir, en les énumérant, à toutes ces émotions positives, à tous ces moments de bien-être, permet de prendre du recul par rapport à ses angoisses et d’être plus constructif.  Alors, n’hésitez pas à les cultiver ! 

JOUR 4

Repoussez une pensée négative

Notre cerveau possède un pouvoir étonnant : celui de jongler avec nos émotions. Bien entendu, nous aimerions tous voir la vie en rose actuellement, mais en mode « confinement », ce n’est pas évident ! Un projet qui échoue, le stress ambiant… La liste des éléments déclencheurs de pensées négatives est longue. Pour relâcher idées noires et tensions, un conseil, appuyer sur STOP ! Ruminer ne sert à rien. Changer vite vos pensées sombres par des contreparties positives. Ne regardez plus vos lacunes mais plutôt vos forces. Ce changement de regard sur soi-même et sur la situation ambiante offre un quotidien plus serein.

JOUR 5

Cultivez la reconnaissance

Faire le deuil (temporaire) de sa liberté n’est pas toujours facile. En couple, en famille ou seul chez soi, chacun traverse, forcément, des stades psychologiques différents durant un confinement : ennui, angoisse, colère, abattement… D’où l’intérêt de prendre le temps de cultiver sa reconnaissance, d’exprimer sa gratitude. Matérialiser le remerciement par écrit à un ami, à un amoureux, à un collègue aboutit à des effets positifs. Pas obligé d’envoyer le courrier pour autant ! Se féliciter d’avoir effectué un acte de gentillesse, d’entre aide, permet également d’augmenter son estime de soi et aide à mieux vivre les situations difficiles, comme celle que nous traversons.

JOUR 6

Prenez le temps de rêver

Si, comme nous l’avons déjà vu, les spécialistes de santé recommandent de structurer son temps en période de confinement, ils conseillent également de laisser son esprit vagabonder en s’offrant 10 ou 15 minutes de silence, de déconnexion par jour. Laisser son esprit flotter sans but augmente la créativité et stimule le cerveau. Ce moment doit rapidement devenir un rendez-vous avec soi-même, hors écrans, hors du temps. En laissant aller ses pensées, on apprivoise l’ennui et on apprend à quel point ce dernier est constructif. Et placer son cerveau en mode « pause » permet au corps de se libérer de toutes ses tensions.

JOUR 7

N’hésitez pas à vous lover dans la nostalgie

Réécouter les tubes de son adolescence, revoir de vieux standards cinématographiques, se replonger dans les albums photos de famille, voilà une manière efficace de repousser le spleen. « C’est une nostalgie qui entretient un regard positif sur son passé. Ce sont des souvenirs qui font du bien », assurent les psychologues. Des travaux conduits récemment valident les bienfaits de ces « flash back », les considérant comme des « balises » sur lesquelles s’accrochent des émotions positives. D’autant que repenser aux bonheurs passés permet ainsi de se rappeler du potentiel du futur… et de rester, du coup, plus optimiste !