Saut au contenu

Le Horn au bout de l’étrave

C’est un rêve qui est en train de se réaliser pour Éric Bellion. Ces dernières 48 heures, il a progressé dans des vents faibles mais il est maintenant poussé par un puissant vent de Sud.

Ce flux, en provenance de l’Antarctique, lui permet de faire la route la plus directe possible vers ce Cap Horn tant désiré. Le skipper de COMMEUNSEULHOMME fait tourner ses routages et il pourrait rejoindre l’Atlantique dès le 11 janvier, soit mercredi prochain en milieu de journée. « C’est ouf » souffle celui qui ne s’attendait pas à changer si vite d’océan. Ces nouveaux calculs sont un soulagement pour le skipper qui ne cache pas son impatience de retrouver des latitudes plus clémentes. Depuis la dernière dépression, tout est mouillé à bord et le vent de sud risque d’apporter avec lui des températures glaciales.

« Je suis à 17 nœuds, c’est reparti ! J’ai capté du vent de sud et c’est plutôt une super nouvelle. A mon avis, je suis sorti de cette dorsale, c’est gagné. Je devrais passer le Horn plus vite que je le pensais, sans doute le 11, c’est cool. Depuis deux jours, mes routages vont jusqu’au Horn et j’ai centré la carte sur le méridien de Greenwich. C’est peu de choses mais ça sent l’Atlantique à plein nez. »