Ce site utilise des cookies pour permettre de reconnaître un internaute d’une visite à une autre, pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d’audience des pages. Pour en savoir plus, et paramétrer vos cookies.

Publié le 08/09/2017

Réforme de la CSG

  • Actualité sociale

La promesse d’Emmanuel Macron de supprimer les cotisations chômage (2,4 %) et maladie (0,75 %) payées par le salarié, mesure compensée intégralement par une hausse de la CSG (dont le taux passera de 7,5 à 9,2 %) s’effectuera en deux temps sur l’année 2018.

« Le calendrier précis et les montants exacts de réductions de cotisations pour ces deux étapes ne sont pas encore arbitrés », indique le gouvernement. Cependant, la hausse de la CSG sera immédiate au 1er janvier 2018. Ce décalage dans le temps doit permettre de réduire la facture budgétaire de la réforme.

 

En effet, sur quelques mois, les caisses de l'État bénéficieront à la fois de la hausse de la CSG et de la part des cotisations salariales qui n'auront pas encore été supprimées.

Quant au salarié, il bénéficiera de la baisse des cotisations, tandis qu'il partagera la hausse de la CSG avec les retraités et les bénéficiaires de revenus du capital. Si cette baisse de cotisations était étalée sur 2018, elle serait suffisante dès le début de l’année pour que le salaire net augmente.

CSG : contribution sociale généralisée. 

Pour en savoir plus

À lire aussi

Actualités